23ème Sommet de l’U.A à Malabo : les Chefs d’Etats africains, la France et l’Allemagne interpellés à Paris par la CORED

L’Institut de Recherche et  d’Etudes sur la  Méditerranée et le  Moyen-Orient (IReMMO), a accueilli, mardi 17 juin 2014 à 14 heures 30 mn, un point de presse sur  la Guinée Equatoriale. Cette conférence  de presse initiée et  animée par trois responsables de la Coalition d’Opposition pour la Restauration de la Démocratie (CORED),  est organisée à l’occasion de la tenue à Malabo en Guinée Equatoriale du 23ème  sommet de l’Union africaine, prévu du 20  au 27 juin 2014.

Devant les journalistes, Raimundo Ela Nsang, secrétaire exécutif de la CORED, basé en France, Carlos Abaga Ayingono, délégué en Allemagne et Isabel Cachina Domingo, déléguée en Espagne de ladite coalition, ont respectivement pris la parole pour décrire  la gestion politique, économique et sociale du régime d’Obiang Nguema Téodoro, au pouvoir depuis quatre décennies sans partage.

Selon eux, rien ne peut justifier la tenue de ce sommet dans un pays petit pays de 800.000 habitants pour organiser consécutivement deux grandes réunions de l’organisation continentale en quatre ans.  Pour la CORED, ce sommet se tient au milieu d’une dérive politique,  économique et sociale accentuée qui conduirait à une déflagration sociale  dans une sous-région troublée par les risques terroristes.

Dans son intervention, Raimundo a lancé un appel aux dirigeants africains qui participeront à ce sommet. Il leur demande de  faire pression sur Obiang afin de l’exhorter à ouvrir un dialogue politique sans délai avec l’opposition conformément à la proposition formulée par son organisation et surtout qu’ils le dissuadent  à créer les conditions idoines d’une transition démocratque et qu’il démissionne de la tête du pays.Telle est la préoccupation qui anime l’opposition équato-guinéenne aujourd’hui.

Pour sa part, Carlos Abaga, représentant en Allemagne  de la CORED, a révélé les risques profonds de division au sommet de l’Etat pour la succession au pouvoir d’Obiang. Il soutient : «  nous avons remarqué des divisions au sein du clan notamment entre le fils alterner au  pouvoir à son fils, l’épouse et le frère d’Obiang qui se confrontent violemment  »

De son côté, la déléguée en Espagne de la CORED, Isabel Cachina Domingo, a déclaré que la situation actuelle dans laquelle vit le peuple Equato-guinéen, est dramatique et qu’il serait difficile pour la génération future d’hériter d’un patrimoine à cause de la malversation et de l’accaparement des richesses par une minoritaire prédatrice. «  Comment nos enfants pourront-t-ils profiter des ressources de ce pays vu les dégâts causés par ce régime », s’est-t-elle plainte !

La France et l’Allemagne interpellées

Si la conférence de presse des membres de la CORED vise à attirer l’attention des Chefs d’Etats africains sur la question de leur pays, la France et l’Allemagne sont également interpellées par ces derniers. Ils estiment que  la France détient le monopole de la politique africaine mais  l’Allemagne détient le monopole de la politique européenne.

Selon Carlos Abaga, «  Je pense que la France est le seul pays qui maîtrise les problèmes africains, il est revanche permis de noter que l’Allemagne, est plus influente au niveau européen », a déclaré le représentant en Allemagne de la CORED, qui informe par ailleurs qu’une délégation de ladite structure politique sera bientôt reçue par les autorités politiques allemandes dans le cadre d’une large concertation sur la question équato-guinéenne.

La conférence a pris fin avec des brillantes  contributions de participants qui soutiennent la CORED dans ses actions politiques pour l’alternance politique en Guinée-Equatoriale.

Source:  Le Blog de Makaila

Sommet de l’UA à Malabo: des opposants équato-guinéens appellent à faire pression sur Obiang

Une coalition d’opposants équato-guinéens en exil a appelé mardi les dirigeants africains, qui se réunissent en sommet à Malabo du 20 au 27 juin, à faire pression sur le président Teodoro Obiang afin d' »initier un processus de transition politique pacifique ».

A trois jours de l’ouverture du sommet de l’Union africaine à Malabo, la Coalition d’opposition pour la restauration d’un Etat démocratique (CORED) « lance un appel aux chefs d’Etat et de gouvernement africains pour rappeler au président Teodoro Obiang que seule une transition politique ordonnée et dans les plus brefs délais peut aboutir à une vraie démocratie et éviter le chaos dans le pays ».

« Nous vous demandons de convaincre le président Obiang de dialoguer avec l’opposition » afin d' »initier un processus de transition politique et pacifique en Guinée équatoriale qui permettra au président Obiang de quitter le pouvoir avec dignité », poursuit la Coalition dans sa lettre ouverte rendue publique à Paris.

Arrivé au pouvoir par un coup d’Etat en 1979, Teodoro Obiang Nguema, 72 ans, a été réélu en 2009 avec plus de 95,37% des voix.

Troisième producteur de pétrole subsaharien, la Guinée équatoriale est considérée par l’ONG Transparency international comme l’un des pays les plus corrompus au monde, se classant au 163e rang sur 175.

En France, Teodoro Obiang Nguema fait l’objet d’une enquête ouverte en 2010 dans le cadre de l’affaire des biens dits « mal acquis ».

La justice a saisi en juillet 2012 un hôtel particulier de six étages, situé avenue Foch à Paris, et son fils, Teodorin Obiang, deuxième vice-président de son pays, a été mis en examen (inculpé) en mars pour blanchiment de détournement de fonds publics, abus de biens sociaux et abus de confiance.

Créée en septembre 2013, la CORED affirme réunir sept associations et partis équato-guinéens en exil dans différents pays d’Europe, d’Afrique et aux Etats-Unis.

(AFP 17/06/14)

Lettre Ouverte de la CORED aux Chefs d’Etats Africains au Sommet de l’Union Africaine en Guinée Equatoriale du 20 au 27 juin.

Excellences:

La Coalition d’Opposition pour la Restauration d’un Etat Démocratique en Guinée Equatoriale (CORED) est née le 5 Décembre 2013 à Paris. Cette coalition d’opposition est composée de 7 partis, associations et personnalités indépendantes équato-guinéens exilés dans plusieurs pays.

La CORED a pour principal objectif d’instaurer une véritable démocratie en Guinée Equatoriale et de constituer une alternative politique viable face au régime en place.

Dès l’annonce de sa création le 28 janvier 2014 à la conférence de presse à Paris, la CORED a été plébiscitée par les populations au point de représenter aujourd’hui la première force politique de l’opposition équato-guinéenne.

Depuis lors, après avoir adressé ses propositions concrètes au gouvernement pour une transition pacifique et ordonnée, la CORED offre une sortiede crise digne au Président Obiang et à son gouvernement avec toutes les garanties.

Les réactions virulentes et les manœuvres du Président Teodoro OBIANG NGUEMA MBASOGO, du Gouvernement puis de ‘‘l’opposition dite légalisé’’ illustrent que le régime n’est pas prêt à entamer une transition politique de son propre gré.

En cette nouvelle occasion ou la Guinée Equatoriale accueille pour la deuxième fois en 4 ans le sommet de l’Union Africaine, la CORED qui réunit à Paris le 17 juin 2014 une conférence de presse, alerte les chefs d’Etats et de gouvernements africains, que le pays se trouve au milieu d’une dérive économique, politique et sociale accentuée qui peut conduire à une explosion sociale dans une région déjà secouée par la crise.

La récente attaque par un groupe armé contre une patrouille des forces armées nationales qui s’est soldée par la mort de trois militaires est une illustration de l’escalade de violence qui peut se dégénérer en Guinée Equatoriale à cause de la situation qui prévaut depuis lors.

La CORED, fidèle à sa philosophie età son idéologie politique, condamne ces actions destructives.

En conséquence, la CORED lance un appelaux chefs d’Etats et de Gouvernements africains pour rappeler au Président Teodoro Obiang que seule une transition politique ordonnée et dans les plus brefs délais peut aboutir à une vrai démocratie et peut éviter le chaos dans notre pays.

En conséquence, Excellences, en tant que hommes d’Etats préoccupéspar l’avenir de notre continent et par le bien être de leurs peuples, nous vous demandons de bien convaincre le président Obiang de la nécessité d’un dialogue avec l’opposition, tel comme lui propose la CORED, dans le but d’initier un processus de transition politique et pacifique en Guinée Equatoriale, qui permettra au Président Obiang de quitter le pouvoir avec dignité.

Dans tous les cas, la CORED maintient fermement sa position de demander le départ du président Obiang et de tous les membres significatifs de son gouvernement.

En vous remerciant d’avance de votre contribution pour une issue pacifique à la crise qui prévaut en Guinée Equatoriale, la CORED vous prie d’agréer, Excellences, l’expression de sa très haute considération.

Fait à Paris le 17 Juin 2014,

Pour La CORED,

Raimundo Ela Nsang

Le Secrétaire Exécutif

Conférence de presse de la CORED à Londres

invitacion Anonce FR

au 110 Rocherter Row de Londres
110 Rochester Row, Victoria, London SW1P 1JP
mercredi 28 mai 2014 de 14h à 17h

Du 5 décembre à janvier 2013 à Paris, des forces politiques équato-guinéennes se sont regroupées au sein de la Coalition d’Opposition pour la Restauration d’un Etat Démocratique (CORED) pour consolider une alternative politique viable face à l’anomie qui prévaut actuellement en Guinée Équatoriale sous le régime du Président Obiang Nguema au pouvoir depuis 1979.

Constatant qu’elles se trouvent face à une dictature de fer et enkystée, fermée au dialogue, elles se tournent vers la communauté internationale pour l’ouverture d’un processus de transition politique ordonnée dans leur pays, ceci dans les plus brefs délais.

La CORED a ainsi initié ces activités avec l’organisation de sa première conférence de presse à Paris le 28 Janvier 2014. Cet événement à été largement diffusé par Agence France Presse (AFP) à plusieurs medias français[1] et africains[2]. Avec un engagement ferme, elle a rédigé un Manifeste qu’elle a fait parvenir à la France et à ses Institutions.

La CORED s’est positionnée dans ces termes: elle offre une alternative digne à l’actuel président de la Guinée Équatoriale, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, qui est de respecter sa vie et celle de sa famille, avec leurs avoirs bien acquis, une fois qu’il aura quitté le pouvoir. Une transition politique ordonnée en Guinée équatoriale passe en effet par sa démission et par la formation d’un gouvernement de transition.

Comme il était à prévoir, cette initiative de la CORED a suscité un rejet violent de la part du régime. Après l’envoi du manifeste et une lettre au président Obiang en lui faisant parvenir son positionnement politique, celui ci et son régime ont procédé à la manœuvre habituelle : lettre de rejet de l’initiative en la considérant illégitime[3], utilisation de l’opposition interne dite légitime pour condamner ensemble la CORED[4], la création d’une nouvelle coalition d’opposition de complaisance en exil[5] et finalement l’infiltration de la CORED pour la détruire de l’intérieur[6].

Après quatre mois d’intenses activités, en se défendant des attaques du régime pour la détruire, la CORED, qui regroupe à ce jour 7 forces politiques, poursuit son programme en se déplaçant à Londres le 28 Mai prochain afin de tenir sa deuxième conférence de presse devant les medias anglais, des responsables politiques, des membres de la société civile, académiques et devant le public en général.

Cette rencontre consistera tout d’abord à faire un bilan général du régime du président Teodoro Obiang Nguema, au pouvoir depuis 1979, qui exerce une répression permanente et un accaparement des ressources économiques. Ensuite, à présenter la CORED, ses objectifs et ses actions immédiates. La conférence se déroulera autour des thématiques que suivantes :

–          Présentation de la CORED

–          Gouvernance politique : Démocratie et l’Etat de Droit

–          Gouvernance économique: Gestion des ressources du pétrole

–          Les relations entre l’Angleterre et la Guinée Equatoriale.

–          Quelle transition démocratique en Guinée Equatoriale ?

Pour ce faire, la CORED invite la presse anglaise et internationale, responsables politiques, les organisations de la société civile française et le public à venir partager avec elle cette rencontre, la première du genre en Royaume.

Paris, le 30 avril  2014.

14 h – 16 h : Conférence de presse

Intervenants :

M. Raimundo Ela Nsang, secrétaire exécutif de la CORED (France)

M. Francisco Ela Abeme, membre de la CORED (Espagne)

M. Carlos Abaga Ayingono, membre de la CORED (Allemagne)

Questions de la salle, échanges de points de vue et contributions entre les responsables de la CORED et les différents invités

Le débat sera modéré par, journaliste spécialiste de l’Afrique centrale

[1]http://www.romandie.com/news/n/_Guinee_equatoriale_des_opposants_en_exil_appellent_a_la_demission_du_president_Obiang60280120141811.asp

[2] http://www.jeuneafrique.com/actu/20140128T172643Z20140128T172617Z/

[3] http://www.guineaecuatorialpress.com/noticia.php?id=4886

[4] http://www.guineaecuatorialpress.com/noticia.php?id=4887

[5]http://www.france-guineeequatoriale.org/a-madrid-la-cpds-opposition-legalisee-rencontre-lopposition-en-exil/

[6] https://coredge.org/es/la-cored-informa-al-pueblo-comunicado/

Conférence de presse de la CORED (Guinée Equatoriale) à Paris le 28 2014

 

Communiqué de presse

Conférence de presse de la CORED (Guinée Equatoriale)
à la Chambre de commerce et d’industrie de Paris
2 Place de la Bourse, 75002 Paris, Métro Bourse
mardi 28 janvier 2014 de 14h30 à 17h30

 

La Coalition d’Opposition pour la Restauration d’un Etat Démocratique (CORED), qui  rassemble 12 partis et associations d’opposition dans plusieurs pays où sont exilés les défenseurs de la démocratie pour la libération de la Guinée Equatoriale, organise une conférence de presse. Les membres de la CORED, qui viendront de plusieurs pays d’Europe, souhaitent en effet rencontrer la presse internationale et les organisations soucieuses de la situation actuelle que vit le peuple équato-guinéen.

Les affaires de Biens Mal Acquis en France et aux USA ont révélé au grand jour la réalité politique et économique équato-guinéenne. Elles ont eu des conséquences politiques sur le régime Obiang,. La situation s’est encore aggravée: tensions diplomatiques avec la France touchant les intérêts économiques, accusation de complot et de déstabilisation, virage vers la Chine, augmentation de la répression, enlèvement d’opposants  en exil, et fermeture des frontières. Les risques d’instabilité implique aujourd’hui d’y porter une attention particulière.

Cette rencontre consistera tout d’abord à faire un bilan général du régime du président Teodoro Obiang Nguema, au pouvoir depuis 1979, qui exerçe une répression permanente et un accaparement des ressources économiques. Ensuite, à présenter la CORED, ses objectifs et ses actions immédiates. La conférence se déroulera autour des thématiques que suivantes :

–          Présentation de la CORED

–          Quelle transition démocratique en Guinée Equatoriale ?

–          Gouvernance politique : Démocratie et l’Etat de Droit

–          Gouvernance économique: Gestion des ressources du pétrole

–          Conséquences politiques de l’affaire des Biens mal acquis

Pour ce faire, la CORED invite la presse nationale et internationale, les organisations de la société civile française et le public à venir partager avec elle cette rencontre, la première du genre en France.

Fait à Paris, le 18 janvier 2014

Conférence de presse de la CORED

Coalition d’Opposition pour la Restauration d’un Etat Démocratique (Guinée Equatoriale)

Mardi 28 janvier 2014 de 14h30 à 17h30
à la Chambre de commerce et d’industrie de Paris
2 Place de la Bourse, 75002 Paris, Métro Bourse

14 h30 – 16 h30 : Conférence de presse

Intervenants :

M. Raimundo Ela Nsang, secrétaire exécutif de la CORED (France)

M. Fernando Dekeno Djemis, secrétaire exécutif adjoint de la CORED (Espagne)

M. Francisco Ela Abeme, membre de la CORED (Espagne)

Mme Nieves Jahr Nchama, membre de la CORED (Allemagne)

M. Salomon Abeso Esono, membre de la CORED (Royaume-Uni)

M. Filiberto Mabale Ntutumu, membre de la CORED (Espagne)

M. Carlos Abaga Ayingono, membre de la CORED (Allemagne)

Questions de la salle, échanges de points de vue et contributions entre les responsables de la CORED et les différents invités

Le débat sera modéré par Benjamin Bibas, journaliste spécialiste de l’Afrique centrale

 

16 h30 – 17h30  : Prises de contact, conversations informelles autour d’un café.

Communiqué de presse sur le kidnapping de CIPRIANO NGUEMA MBA

CIPRIANO NGUEMA MBA kidnappé au Nigéria puis extradé en Guinée Equatoriale !

La Coalition d’Opposition pour la Restauration d’un Etat Démocratique (CORED) en Guinée Equatoriale exprime sa profonde inquiétude suite à l’enlèvement, le 14 décembre 2013 au Nigéria, de M. CIPRIANO NGUEMA MBA, citoyen équatorien réfugié politique qui vit en Belgique avec sa famille et ses enfants.

En effet, selon des sources dignes de foi, M. CIPRIANO NGUEMA MBA, qui effectuait une visite privée à Lagos au Nigeria, a été victime, le 14 décembre dernier, d’un d’enlèvement dont la responsabilité est inéluctablement imputable au régime équato-guinéen.

Pour rappel en 2008, alors qu’il était réfugié au Cameroun et bénéficiant de la protection du Haut Commissariat des Réfugiés (HCR), CIPRIANO NGUEMA MBA, a été enlevé avec la complicité des policiers camerounais. Il a été ensuite clandestinement ramené en Guinée-Equatoriale et incarcéré à la prison d’Evinayong. Cet enlèvement a provoqué un incident diplomatique entre la Guinée Equatorial et le Cameroun qui a même exigé le retour à Malabo de M. Florencio Maye Ela Mangue, Ambassadeur équato-guinéen. Ciprriano Nguema Mba a reçu, Le 17 octobre 2010, à s’évader et à rejoindre le Cameroun, puis l’Espagne et la Belgique où il a obtenu le statut de réfugié politique.

L’enlèvement le 14 décembre dernier du Cipriano Nguema Mba, est une atteinte grave au droit humanitaire internationale et remet en cause la convention de Genève de 1951 sur la protection des réfugiés et des apatrides. Le Gouvernement belge a officiellement réagi par le biais du ministère des affaires étrangères. Il a exigé la libération immédiate et sans condition de Cipriano Nguema Mba.

La CORRED, pour sa part a déjà saisi M.Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères français et plusieurs organisations des droits de l’homme pour qu’ils interviennent auprès des autorités équato-guinéennes afin d’éviter à M. Cipriano Nguema Mba, de subir des actes de représailles de la part du Président Nguema et surtout d’assurer sa sécurité physique et morale.

Devant cet acte d’extrême gravité, la CORRED :

Condamne avec la dernière énergie l’enlèvement de Cipriano Nguema Mba.

Met en garde le régime d’Obiang Nguéma contre toute atteinte portée sur la personne,

Exhorte le Gouvernement Nigérian à prendre conscience de sa part de responsabilité et a veiller à ce que Cipriano Nguema Mba puise retourner sain et sauf dans sa famille en Belgique

Lance un appel aux organisations sous-régionales et internationales d’exercer une forte pression sur les autorités guinéennes afin de leur faire respecter le droit humanitaire international.

Et enfin, invite tous les citoyens épris de paix, de justice et de liberté à dénoncer à ce terrorisme d’Etat auquel se livrent les autorités équato-guinéennes avec la complicité du Nigéria.

Paris, le 08 janvier 2014