Aggravation du chômage: responsabilité du gouvernement Obiang

Au fait de l’actualité la CORED vient, avec cet article, démontrer une fois de plus les manœuvres dilatoires du gouvernement de Malabo concernant sa responsabilité de la crise économique et de l’emploi qui frappe durement notre pays :

Désinformation du gouvernement.

Suite à une information diffusée au journal télévisée de Guinée équatoriale et reprise par « Malabo news » [1] en date du 29/08/2015, on nous informe que la crise de l’emploi a fait réagir le « deuxième vice-président » à propos des entreprises Chinoises qui ne respecteraient pas le quota de 10% maximum d’étrangers employés, comme le prévoit la loi sur le travail. Face à cette situation Theodoro Nguema Obiang aurait demandé aux ministres concernés de réagir. Si la loi du travail s’appliquait à la plupart des entreprises occidentales, ce ne fut pourtant pas le cas avec les entreprises Chinoises et pour cause ! Comme le sait parfaitement Théodoro Nguema Obiang des accords spécifiques lient le gouvernement Chinois et celui du Président Obiang. Dans le cadre de ces accords les entreprises Chinoises n’ont jamais été soumises à la loi des 10% et peuvent employer les ressortissants Chinois à 100%.

Déresponsabilisation et dénigrement

Comme à son habitude quand il s’agit de prendre ses responsabilités en matière d’emplois et de résultats, le gouvernement Obiang, par la voix du « deuxième vice-président », rejette la responsabilité sur un tiers. Depuis quelques semaines le président Obiang accusait lui-même les entreprises partenaires occidentales d’être la cause de certains maux, ce sont à présent les entreprises Chinoises qui sont visées. Aucun citoyen équato-guinéen n’est dupe de cette situation, les contextes de coopération ont bien été gérés par le gouvernement Obiang et nul autre.

Défection de l’investissement étranger et aggravation du chômage

La situation de crise mondiale due à la baisse du prix du baril de pétrole n’explique pas à elle seule la crise sans précédent que connait la Guinée équatoriale aujourd’hui : dépenses insensées dans des infrastructures non adaptées aux besoins du pays, clientélisme et corruption généralisée dans le secteur de la construction, économie centrée à 90% sur les recettes du pétrole, sont les trois points clés de cet état de fait. L’économie de la Guinée équatoriale est à présent exsangue et les seuls responsables de cette situation sont le président Obiang et son gouvernement qui tentent des manœuvres de désinformation de plus en plus ridicules. Nous pouvons comprendre les conséquences d’une telle situation : plus aucune société étrangère ne voudra investir en Guinée équatoriale, le défaut de paiement de l’état étant maintenant un fait avéré, cela signifie clairement que la dégradation de l’emploi va continuer.

Exigence démocratique et retour à l’emploi

Devant l’urgence de cette situation, nous appelons tous les citoyens équato-guinéens à refuser de s’enfoncer plus loin dans le gaspillage, l’état de corruption et la discrimination politique. Le retour à une transformation et dynamisation de l’économie équato-guinéenne ne pourra se faire qu’avec de nouveaux acteurs et dans un contexte de démocratie exigeant. Les élections à venir sont un enjeu majeur, la gestion cohérente des ressources restantes sera la garantie d’un retour à l’emploi pour tous. Dans cette visée nous ne pouvons accepter que se tiennent à nouveau des élections truquées d’avance, nous devons lutter tous ensemble pour que les exigences de démocratie et d’une économie de développement durable puissent être mises en place dans un délai rapide voire immédiat.

Connect with Me:

Laisser un commentaire

    Please type the characters of this captcha image in the input box

    Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ