LE SEUL DIALOGUE POSSIBLE AVEC TEODORO OBIANG NGUEMA PORTE SUR LES CONDITIONS DE SON DEPART

COMMUNIQUE DE LA CORED

Le 28 août 2014, le président Teodoro Obiang Nguema a rendu public un message au peuple équato-guinéen, où il explique son intention d’organiser à l’automne un Dialogue national pour que le pays s’achemine vers la démocratie. Pour la CORED, cette offre ne peut déboucher sur le changement que le peuple équato-guinéen attend. En effet, comment le Président de la République, chef de l’Etat et du gouvernement depuis 35 ans, pourrait-il être l’arbitre et modérateur d’un dialogue sincère ? Et, à la fois juge et partie de ce dialogue, comment pourrait-il être le garant des accords qui en découleraient ?

Devant cette nouvelle pirouette pour répondre aux pressions internationales, devant ce simulacre de dialogue proposé par le dictateur équato-guinéen, la CORED réaffirme sa position en six points :

1) La CORED n’accepte pas le Dialogue national proposé par le président Obiang.

2) Nous ne voulons pas qu’Obiang nous concède quoi qui se soit. Nous sommes pour que le président Obiang reconnaisse que la Guinée Equatoriale n’est pas viable en sa présence.

3) La CORED n’acceptera aucune proposition de dialogue du président Obiang s’il n’y a pas des garanties de la communauté internationale pour l’exécution d’accords négociés.

4) La CORED n’acceptera pas un dialogue national où le président Obiang est juge et partie. Par conséquent le président Obiang ne peut être ni arbitre ni modérateur.

5) La CORED souhaite négocier avec le président Obiang sa démission et la formation d’un gouvernement provisoire, pour laisser place à un processus de transition démocratique.

6) Si le président Obiang refuse cette négociation, la CORED se réserve le droit de continuer sa lutte pour atteindre ses objectifs démocratiques.

 Fait à Paris, le 2 septembre 2014

Connect with Me:

Laisser un commentaire

    Please type the characters of this captcha image in the input box

    Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ