communique CORED

Aggravation de la crise politique du régime d’Obiang

Communiqué

La CORED dénonce l’aggravation de la crise politique du régime d’Obiang en Guinée Equatoriale. Après avoir déjoué une tentative de coup d’Etat fin décembre de 2017, qui visait à la neutralisation du président lors de son séjour familial à Mongomo, le régime de Teodoro Obiang se trouve dans une impasse politique sans précédent.

D’un côté, se déroule une guerre de succession interne au pouvoir.  Une partie du clan présidentiel, qui s’oppose au transfert du pouvoir au fils d’Obiang, Teodorin Obiang, a participé à l’élaboration de la récente tentative de prise de pouvoir par la force.

D’un autre côté, cette crise met sous les projecteurs la réalité du parti unique de fait. Le pouvoir venait de concéder un unique député à l’opposition, mais le parti Citoyens pour l’Innovation à qui est censé appartenir ce député refuse de l’accepter. Cela explique la répression qui s’abat actuellement sur ce parti politique. En effet, Téodoro Obiang mène, depuis les élections législatives de novembre 2017, une campagne de répression à l’encontre des militants du Parti CI, une répression qui vient de faire une première victime, Santiago Ebee Ela, décédé au commissariat central de Malabo à la suite de tortures infligées par les forces de sécurité. A propos des arrestations, dans une interview le 17 janvier sur RFI et France24, le chef de l’Etat nie d’abord que la mort soit le fait de tortures et reconnait l’existence d’au moins 20 prisonniers du Parti politique CI dans tout le pays. Sur internet, le monde a pu voir ces images de la torture mortelle infligée à Santiago Ebee Ela, un aperçu des nombreux crimes politiques commis par le clan au pouvoir qui terroriste la population depuis l’indépendance du pays il y a presque 50 ans.

Le président Obiang, n’admet pas l’existence de la crise liée à sa longévité au pouvoir et à son projet de transfert monarchique du pouvoir. Le pouvoir en profite pour continuer de s’attaquer à l’opposition démocratique, en tentant d’impliquer les opposants qui n’ont rien à voir avec les événements et qui pourraient le menacer à plus long terme.  Par ailleurs, les événements impliquent de soi-disant opposants en exil qui se font appeler « Coalition CORED » et dont les actions n’ont jamais amené des progrès vers la libération du pays de la dictature.

A la suite de ces événements, la CORED :

  • Condamne la tentative de coup d’Etat, tentative de ‘révolution de palais’, contraire à la démarche non-violente pour une restauration démocratique à laquelle nous travaillons, à la manière des pères de l’indépendance,
  • Condamne les tortures, l’assassinat politique Santiago Ebee Ela, la répression continuelle contre l’opposition démocratique, et la désorganisation de cette opposition à la suite à la tentative de coup d’Etat,
  • Condamne les manipulations du régime, qui ne souhaite pas dévoiler les noms de toutes personnalités du clan au pouvoir impliquées,
  • Exprime la profonde déception du peuple de l’Equato-Guinéen concernant la visite de représentant de Nations- Unies, François Lounceny Fall, qui a déclaré que les Nations-Unies allaient soutenir la Guinée Equatoriale dans ces efforts de stabilisation sans avoir rencontré l’opposition interne, permettant au régime de présenter les Nations-Unies comme un soutien de leur politique répressive,
  • S’inquiète de l’élection de la Guinée Equatoriale au Conseil de Sécurité de l’Onu, qui démontre la persistance des dysfonctionnements de l’Onu sur la question des régimes non-démocratiques,
  • Rappelle qu’en l’absence de démocratisation, le peuple Equato-Guinéen qui ne verra plus d’issue possible avec le régime et qu’il existe un risque important de déstabilisation du pays dans un affrontement violent pour la succession au pouvoir,
  • Demande à l’ONU d’agir pour l’Etat de droit et la démocratisation rapide de la Guinée Equatoriale.

Paris, 19 Janvier 2018

siteon0-e5814electionsafrique

après le procès des Biens mal acquis en France, des élections saugrenues augurant d’une monarchisation

Guinée Equatoriale : après le procès des Biens mal acquis en France,

des élections saugrenues augurant d’une monarchisation.

Communiqué du Collectif de Solidarité avec les Luttes Sociales et Politiques en Afrique,

Paris, 16 novembre 2017

Le 12 novembre ont été organisées des « élections » législatives, sénatoriales et municipales en Guinée Equatoriale. Dans ce pays, le processus de démocratisation n’a pas avancé depuis l’arrivée formelle du multipartisme en 1991. Les conditions de déroulement d’une élection sont si peu présentes, qu’il ne se distingue aucun processus électoral, comme il en existe dans de nombreuses dictatures d’Afrique. Il ne s’agit pas de détournement de processus électoral en amont mais d’absence de processus électoral. Le terme des mandats des députés étaient en mai 2018, et, par surprise, en septembre 2017, le chef de l’Etat a annoncé par décret le 16 septembre, une date du scrutin moins de 2 mois après. Il n’est pas question de Commission électorale indépendante. Aucune condition pour une élection démocratique n’est présente, aucune condition pour des progrès en dictature autour d’un rapport de force n’est non plus présente.

Internet a été coupé le jour du vote, et les réseaux sociaux ont été bloqué le 27 octobre. Les fraudes qui ont été observées le jour du vote et à la compilation des résultats, par exemple l’absence de bulletins de votes ou le bourrage d’urnes, ne constituent qu’une partie émergée d’iceberg, des symptômes de l’état du régime et de son fonctionnement en temps normal. En termes de niveau de répression et d’absence de liberté, le régime équato-guinéen se situe dans les pires de la vingtaine de dictatures d’Afrique. Ce haut niveau s’observe dans l’absence totale de vie syndicale, de presse indépendante, d’organisations de la société civile, et de tout contre-pouvoir. La répression est permanente et brutale, elle est cependant peu visible de l’extérieur car le principe en œuvre est de tuer à leur démarrage toutes les tentatives d’organisations émancipées du pouvoir. Le système a ainsi été figé et est devenu internationalement silencieux.

Après les boycotts des démocrates dans les années 1990, comme dans d’autres dictatures, des partis d’opposition ont tenté dans les années 2000 de participer en espérant obtenir quelques avancées. Mais le président Téodoro Obiang Nguema est en Afrique le meilleur spécialiste de la désorganisation de l’opposition. Il n’a pas interdit les partis comme le roi du Swaziland, n’a pas supprimé les élections comme le dictateur d’Erythrée. Dans une absence totale d’Etat de droit, avec l’aide de l’argent du pétrole, il manœuvre constamment pour empêcher l’opposition d’exister.

La coalition de l’Union du centre droit (UCD) et de la Convergence pour la démocratie sociale (CPDS), et le parti Citoyens pour l’innovation (CI)[1], n’ont pas les moyens et les opportunités pour obtenir autre chose que des miettes. Téodoro Obiang Nguema a également empêché une opposition en exil en Europe de s’organiser. La Coalition d’opposition pour la Restauration d’un Etat Démocratique en Guinée Equatoriale créée fin 2013 a dénoncé lors du procès des Biens mal acquis les manœuvres du pouvoir pour l’affaiblir au travers d’une fausse coalition de même nom.

L’Union africaine a trouvé un ancien premier ministre rwandais, Pierre Habumuremyi, pour venir endosser la complicité d’un crime électoral, comme chef d’une fausse mission d’observation. Après sa participation, au travers de fausses missions d’observations électorales, aux inversions de résultats de la présidentielle au Tchad et à Djibouti en avril 2017, puis au travers de l’action de son président Idriss Déby au niveau de la Cour constitutionnelle, à l’inversion de résultat de la présidentielle du Gabon en septembre 2016, l’Ua confirme son rôle actuel prépondérant dans le maintien des régimes dictatoriaux au moment des élections.

Le scrutin de novembre 2017 en Guinée Equatoriale se déroule en plein processus de monarchisation qui s’accélère. Au pouvoir depuis son coup d’Etat en 1979, Téodoro Obiang Nguema terminera son troisième et dernier mandat en 2023, après avoir imposé sans aucun débat une limitation à deux mandats non-rétroactive après la modification de la constitution en 2011, ce que n’arrive pas à imposer aujourd’hui Faure Gnassingbé au Togo. Cette réforme de 2011 a créé également le Sénat et le poste de vice-président taillé sur mesure pour son fils Téodorin. Le chef de l’Etat prépare le transfert du pouvoir à son fils. Le signal donné est celui d’une volonté d’accélération. Cette probable transmission de pouvoir enfermera le pays dans une impasse politique qui risque d’aboutir dans quelques années à une nouvelle crise en Afrique centrale.

En France, le procès des Biens mal acquis s’est achevé le 27 octobre 2017 par une condamnation de 3 ans de prison avec sursis et 30 millions d’Euros d’amende, également avec sursis, à l’encontre de Téodoro Nguema Obiang Mangue, dit Téodorin. Ce procès a mis en exergue l’irresponsabilité de la famille Obiang. Téodorin, qui a fait appel de la décision, apparaît aux yeux du monde entier comme un simple criminel. Malheureusement, si l’image internationale s’est détériorée, le régime reste solidement structuré autour de la production de pétrole. Sans pression internationale, la population de Guinée Equatoriale est abandonnée entre les mains d’une famille. Les élections du 12 novembre 2017 renforcent son désespoir juste après le verdict du procès des Biens mal acquis.

En plein débat sur les processus électoraux en démocratie fragile au Kenya et au Libéria, à quelques jours du sommet Union africaine – Union européenne d’Abidjan, les législatives du 12 novembre en Guinée Equatoriale rappellent à quel point la question des processus électoraux en Afrique pose problème. D’un côté, les dictateurs continuent d’utiliser l’Ua comme outil d’aide à l’organisation de fausses élections, d’un autre côté, l’Ue, après son importante action au Gabon en 2016, risque de se voir refuser toute intervention en dictature et de devoir se contenter du renforcement des processus électoraux en démocratie fragile. S’il doit y avoir discussion sur le sujet dans l’optique d’une renégociation des accords de Cotonou dont dépend l’utilisation de l’aide européenne, derrière les discours diplomatiques apaisés, les positions sont pour l’instant très éloignées. Le Collectif de Solidarité avec les Luttes Sociales et Politiques en Afrique attend du sommet Ua-Ue des avancées clairement exprimées qui puisse redonner de l’espoir aux peuples africains prisonniers des régimes dictatoriaux.

A l’occasion des « élections » du 12 novembre, le Collectif de Solidarité avec les Luttes Sociales et Politiques en Afrique demande au gouvernement français et à l’Union européenne de dénoncer l’absence de démocratie et d’Etat de droit en Guinée Equatoriale et de soutenir dans ce pays l’émergence d’une expression démocratique.

Collectif de Solidarité avec les Luttes Sociales et Politiques en Afrique,

Paris, 16 novembre 2017

11 signataires : Coalition d’Opposition pour la Restauration d’un Etat Démocratique (CORED, Guinée Equatoriale), Réseau des Organisations Libres de la Société Civile du Gabon (ROLBG), Ça suffit comme cà ! (Gabon), Fédération des Congolais de la Diaspora (FCD, Congo Brazzaville), Alliance Nationale pour le Changement Ile-de-France (ANC-IDF, Togo), Alliance Républicaine pour le Développement (ARD, Djibouti), Union pour le Salut National (USN, Djibouti), Forces vives tchadiennes en éxil, Amicale panafricaine, Parti de Gauche, Europe Ecologie les Verts (EELV).

Guinée Equatoriale : les grandes dates de la vie politique depuis 1990

Téodoro Obiang Nguema est arrivé au pouvoir par un coup d’État le 3 août 1979.

16 novembre 1991 : référendum constitutionnel pour introduction du multipartisme, sans limitation de nombre de mandats de 7 ans : oui 98.36%.

21 novembre 1993 : législatives, boycott de la coalition Plateforme de l’Opposition Conjointe (POC) : Parti démocratique de la Guinée équatoriale (PDGE) 69.79% et 68 sièges sur 80.

17 septembre 1995 : locales-municipales, fraudes du PDGE puis arrestations, seul scrutin perdu par Obiang, gagné par la coalition Plateforme de l’Opposition Conjointe (POC) qui a gagné plusieurs villes dont Malabo. Les fraudes et la répression entrainent le boycott de la présidentielle en février 1996.

25 février 1996 : présidentielle, boycott de la coalition Plateforme de l’Opposition Conjointe (POC) : Teodoro Obiang Nguema Mbasogo (PDGE) 179 592 voix = 97.85%.

7 mars 1999 : législatives : Parti démocratique de la Guinée équatoriale (PDGE) 85.52% et 75 sièges sur 80.

28 mai 2000 : locales : PDGE : 30 municipalités sur 30 avec plus de 95% des votes.

15 décembre 2002 : présidentielle : Téodoro Obiang Nguema Mbasogo (PDGE) 204 367 voix = 97.06%.

25 avril 2004 : législatives : Parti démocratique de la Guinée équatoriale (PDGE) et alliés :91.82%, 98 sièges sur 100 dont PDGE 68

25 avril 2004 : locales

4 mai 2008 : législatives : Parti démocratique de la Guinée équatoriale (PDGE) et alliés : 99 sièges sur 100 dont PDGE 89.

4 mai 2008 : locales

29 novembre 2009 : présidentielle : Téodoro Obiang Nguema Mbasogo (PDGE) 95,76%.

13 novembre 2011 : référendum constitutionnel : ajout limitation 2 mandats de 7 ans + vice-président + Sénat : oui 97.73%

26 mai 2013 : législatives (Chambre des Représentants du peuple ) : désorganisation opposition, fraudes pendant vote, bourrage urnes: PDGE 89/100, Convergence pour la démocratie sociale (CPDS) : 1 (Placido Mico), APGE : 0, CPDS revendique 17 siègesCollectif de Solidarité… Afrique.

26 mai 2013 sénatoriales : PDGE 54/55 Convergence pour la démocratie sociale (CPDS) : 1.

26 mai 2013 : locales-municipales PDGE 327, CPDS : 5.

24 avril 2016 : présidentielle : avancée par surprise sans raison officielle, boycott opposition réelle, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo 93,7%.

–        12 novembre 2017 : législatives, avancées par surprise de mai 2018 sans raison officielle, désorganisation de l’opposition (Cored), exclusion Gabriel Nse Obiang leader de Citoyens pour l’innovation (CI) mais CI et UCD et CPDS participent (pas de boycott).

–        12 novembre 2017 : locales

–        12 novembre 2017 : sénatoriales

Source:

Guinée Equatoriale : après le procès des BMA, des élections saugrenues augurant d’une monarchisation

communique CORED

Verdict du process de Bien Mal Acquis de Téodorin Obiang

Verdict du process de Bien Mal Acquis de Téodorin Obiang
Communiqué de la Cored, Paris, 30 octobre 2017

Le procès des Biens mal acquis s’est achevé le 27 Octobre 2017 avec une condamnation de 3 ans de prison avec sursis et 30 millions d’Euros d’amende à l’encontre de Teodoro Nguema Obiang Mangue.

Ce verdict n’a pas conduit à une peine de prison ferme. Sur ce point de déception, le peuple équato-guinéen, assoiffé de justice, peut le considérer, comme une sorte de victoire de la dictature, au regard de l’impunité du régime à l’intérieur du pays et de l’ampleur des crimes économiques.

Cependant, la CORED qui a suivi avec attention les arguments des juges d’instruction, connait la complexité de ce procès tant dans la caractérisation des crimes en droit français qu’au niveau des relations internationales, et tient à féliciter l’ensemble des d’acteurs qui ont contribué à l’aboutissement d’un procès historique, notamment :

–          la partie civile, les associations Transparency International France et Sherpa, qui ont mené avec courage cette procédure, et continue sur les autres affaires sans céder face aux obstacles et aux intimidations,

–           la justice française et les juges en charge du procès, pour avoir su trouver l’angle et les arguments juridiques pour rendre possible ce verdict historique,

–          le gouvernement français, qui a permit le déroulement du procès sans obstacle et n’a pas cédé à la pression diplomatique du régime d’Obiang,

–          la presse internationale, spécialement les journalistes qui ont su informer de l’ampleur des crimes économiques du fils d’Obiang, non seulement en France mais aussi dans d’autres pays.

La CORED se félicite tout particulièrement de la décision des juges de ne pas admettre comme partie civile la fausse CORED, qui avait légalisé une association avec un non dérivé de la CORED, le nom « Coalition CORED » en violations des règles de création d’association en France. La « Coalition CORED » a failli permettre de réussir à l’ultime manœuvre du régime en offrant au régime les arguments pour démontrer que le procès était une manipulation politique avec la fausse CORED comme partie civile, et, ce qui visait à détruire le projet politique de la CORED véritable en créant la confusion et en exposant une lutte interne entre opposants. Le régime continue de désorganiser l’opposition et de faire croire ainsi, qu’il n’y a pas d’alternative. Un dossier de presse a été préparé par la CORED à ce sujet.

Les dirigeants de la fausse CORED, pour amplifier ces faits n’ont pas hésité à s’attaquer personnellement au Président fondateur de la vraie CORED, Raimundo Ela Nsang, réfugié politique en France. De ces faits, il découle que trois procédures judiciaires seront bientôt menées en France contre la fausse CORED, deux étant déjà en cours et la troisième en préparation.

Le procès des Biens mal acquis ouvre la voie à suivre pour d’autres peuples. Il renforce la volonté de l’opposition équato-guinéenne de faire appel à la communauté internationale face à l’irresponsabilité des dirigeants de leur pays. La CORED alerte les gouvernements et acteurs internationaux et africains que la restitution la plus importante pour le peuple équato-guinéen sera celle de la liberté et de l’Etat de droit. Tout autre mécanisme visant à restituer les biens dans un pays où la dictature continuera signifiera malheureusement un échec pour le peuple de la Guinée Equatoriale attendant sa libération.

Paris, le 30 Octobre 2017

parti_de_gauche

Guinée Equatoriale : lettre à Monsieur Ela Nsang Raimundo

Paris, le 5 juillet 2017

Guinée Equatoriale : lettre à Monsieur Ela Nsang Raimundo

Vous nous avez fait part de l’agression verbale dont vous avez été récemment l’objet et du harcèlement que les représentants en France du régime dictatorial au pouvoir et les faux opposants créatures stipendiées du régime exercent à votre égard. S’ajoute à cela la malhonnêteté des media financés par le régime Obiang qui cherchent à détruire votre image de seul opposant légitime.

Toutes ces personnes cherchent visiblement à vous décrédibiliser dans un moment où la dictature se trouve dans une mauvaise posture vis à vis du peuple, avec la crise économique et avec le procès des BMA. Nous savons que ce moment politique est lorsque le peuple équato-guinéen prenant conscience de la situation va chercher à se ranger derrière les leaders politiques les plus crédibles.

Nous vous connaissons depuis que vous êtes en France, et nous savons le courage qui est le votre dans cette lutte politique. Nous vous réitérons notre soutien politique et vous assurons de notre amitié.

Pierre Boutry

Responsable de la Commission Afrique

communique CORED

Le Parti CORED s’inquiète de la légèreté de la peine requise par le Procureur de la République

Communiqué

Le Parti CORED se félicite que la justice française soit allée au bout de la procédure malgré les manœuvres de la dictature. Cependant, le parti CORED s’inquiète de la légèreté de la peine de trois ans d’emprisonnement requise par le Procureur de la République à l’encontre de Teodoro Nguema Obiang pour les faits de corruption et de détournement d’argent public appartenant au peuple de la Guinée Equatoriale, considérant l’ampleur et les conséquences des  crimes économiques considérés.

Après plus de 20 ans d’exploitation pétrolière, pendant lesquels le pays est passé de la plusgrande pauvreté en Afrique à la richesse au niveau du PIB, le pays se trouve dans un état catastrophique. La crise économique causée par la diminution du prix du pétrole a pris de cours une élite corrompue qui avais conçu un système de détournement de fonds publics via la construction des grands projets d’infrastructures, tandis que la paix sociale était maintenue pas les emplois précaires générés par les constructions et les services autour de l’industrie pétrolière. Le pouvoir s’est maintenu par le clientélisme, la répression et la corruption.

Le dictateur Obiang qui a peur du savoir et l’instruction, a adopté la stratégie de laisser le peuple croupir dans la misère et l’inculture, n’a eu nulle intention de développer le pays ni de faire aucune diversification économique, comme l’a signalé un  récent rapport de l’organisation Human Right Watch.Aujourd’hui le peuple équato-guinéen subit un état chaotique, le chômage, la criminalité. Le pays est devenu l’un des plus dangereux, comme l’indique les ‘Conseils aux voyageurs’ du Ministère des affaires étrangères français .

La solutions viendra par la normalisation de la vie politique et le rétablissement de l’Etat de droit. Le dictateur Obiang refuse toute ouverture politique, continue ses manœuvres de destruction de la vraie opposition, notamment le Parti CORED. Il a, pour cela, financé une opposition mascarade en exil, la fausse CORED, l‘association Coalition CORED’, qui s’est présentée indûment comme partie civile au nom de peuple équato-guinéen dans le procès des Biens Mal Acquis.

Au regard de cette situation, le Parti CORED rappelle aux juges le caractère historique de leur décision et du message qui sera envoyé au monde pour des personnes qui détourne les fonds publics.

En pratique, par la suite, une condamnation qui se limiterait à la confiscation des biens sans passer par une peine de prison ferme effective serait une victoire pour la famille Obiang et tous les corrompus du monde, serait une échec pour notre peuple en quête de justice non seulement après les crimes de Teodorin mais aussi après ceux de tous les membres du clan responsables des mêmes faits, serait aussi un échec pour les autres peuple africains dont les dirigeants sont également poursuivi en France dans l’affaire des Bien Mal Acquis.

Paris 6 Juillet 2017

Pour une Guinée Equatoriale Libre et Démocratique

Le Secrétaire Général

communique CORED

Agression et harcèlement du Secrétaire Général du parti CORED

Communiqué du Parti CORED

Le Parti CORED dénonce les actes d’agression verbale, d’harcèlement et d’atteinte à l’honneur à l’encontre de son Secrétaire General, Raimundo Ela Nsang, qui a eu lieu devant le Palais de Justice de Paris le mercredi 28 juin vers 21h. Ces actes ont lieu de façon régulière depuis 2014 de la part d’un groupe de personnes qui avait été expulsées peu après la création de la CORED.

Le dernier de ces actes vient de se produire jeudi à la sortie de la quatrième journée d’audience du procès des Biens Mal Acquis contre le fils d’Obiang. Après une provocation, M. Ela Nsang leur a répondu en leur disant « regardez-moi !», dans un geste pour signifier qu’il ne pouvait pas céder à leurs intimidations, ces derniers ont commencé à enregistrer la scène sans son consentement et ont commencé à l’agresser verbalement.

Les images ont été par la suite postées sur les réseaux sociaux suivies d’une histoire inventée et calomnieuse, l’accusant globalement d’être acheté par le PDGE, le parti d’Obiang. Dans cette agression était présents, Severo Moto Nza, Celestino Okenve Ndo et Salomon Abeso Ndong dont l’épouse a filmé en vidéo. Depuis la publication de cette nouvelle, Raimundo Ela Nsang est insulté sur les réseaux sociaux.

Le parti Cored rappelle que ces personnes après leur expulsion de la Cored, se sont constituées en association en France en usurpant le nom de la CORED sous la forme ‘Coalition Cored’, avant de se porter partie civile dans le procès des Biens mal acquis.

Mr Raimundo Ela avait déjà porté deux plaintes le 24 Octobre 2014 au commissariat du VIII arrondissement de Paris, une pour usurpation du nom CORED et l’autre pour calomnie et atteinte à l’honneur. Ces deux plaintes n’ont pas eu de suites. Il a encore porté plainte le 7 juillet 2015 pour les mêmes motifs, une enquête a été ouverte et l’affaire est en cours au Tribunal de Grande Instance de Paris, au pôle financier (section F2). La juge, informée de la plainte, n’a pas encore décidé d’accepter ou non la Coalition CORED comme partie civile. Etant gênés par ce fait, ils ont inventé l’histoire que Raimundo Ela Nsang est au service des intérêts du fils Obiang comme un témoin de sa défense, et qu’il est monté dans la voiture de l’ambassadeur, celle qui passe derrière la vidéo après la discussion.

La dictature de Teodoro Obiang Nguema utilise de multiples méthodes d’attaque des opposants politiques réels. Pour le Parti CORED, Salomon Abeso Ndong est d’abord un protégé d’Armengol Ondo Nguema, frere d’Obiang, réfugié à Londres et qui lutte maintenant contre la vraie CORED, sans jamais organiser des activités politique à Londres, et a réussi à trouver des collaborateurs parmi des opposants historiques très peu visibles.

Raimundo Ela a saisi le procureur en demandant que ces personnes soient entendues avant de quitter le territoire français à la fin du procès de bien Mal acquis le 6 juillet 2017. Suite à ces faits, le Parti CORED demande :au gouvernement français et à l’Office Français de Protections des Réfugiés et Apatrides, de fournir la protection nécessaire et d’agir pour que les responsables de cette agression soit entendus par la justice française avant de quitter le territoire français.

Paris 30 Juin 2017

Raimundo : Okenve, Okenve, regarde-moi
Okenve : Quoi, quoi, je te regard, qui tu es, tu ne m’arrive pas à la cheville, tu n’es rien, tu n’es rien, ni politiquement, ni scientifiquement, ni …..quement
Raimundo : La dictature que nous avons vécu jusqu’à nos jours est maintenue grâce a des personne comme toi.
Severo Moto : tu l’as vécu toi aussi
Okenve: ça ne va pas la tête
Okenve: Je suis professeur d’université et toi ? tu es quoi ?
Raimundo : Je suis ingénieur pétrolier
Severo Moto : se moque
Okenve: Et quoi, C’est ce que tu fais ici, comme ingénieur pétrolier à Paris
Severo : attention, attention
Okenve : Ingénieur pétrolier à Paris, idiot
Epoux de Salomon : laisser ça, je l’ai filmé.
Raimundo : La dictature que nous vivons jusqu’au aujourd’hui est grâce à ces mecs là
Filiberto Ntututum : va avec l’ambassadeur (référence la voiture qui passe derrière)
– Raimundo : Salomon, ne me filme pas eh
Salomon : je t’ai filmé, je t’ai filmé, des rires

communique CORED

Bien Mal Acquis : vers un procès politique suite à l’intervention comme témoin de l’ancien-mercenaire britannique Simon Man

Communiqué du Parti CORED

Suite aux deux premiers jours d’audience du procès des Biens mal acquis, après les échanges et les annonces des témoins des parties, le parti politique CORED met en garde sur les manœuvres du président Obiang, autour des témoins choisis et au travers de la participation de l’association CORED comme partie civile.

Les avocats de Téodorin Nguema ont annoncé que l’ex-mercenaire Simon Man qui avait raté le coup d’Etat contre Téodoro Obiang en 2004 mené par l’opposant Severo Moto, sera leur témoin. Alors que l’association CORED est considérée comme partie civile, le procès ne peut maintenant que glisser sur le terrain que souhaite le régime. Simon Man lui permet d’argumenter sur un complot politique. Le régime d’Obiang au travers de son ambassade à Paris, avait déjà annoncé qu’il considérait la procédure comme un complot politique avec à la base Severo Moto et la Coalition CORED[1]. Le témoignage de Simon Man, au solde du régime d’Obiang, viendra réconforter l’idée du complot de l’occident, notamment la France avec son ex-compagnon d’aventure, Severo Moto Nsa. NB : Vidéo sur le coup d’Etat raté : https://coredge.org/coup-detat-a-obiang/

En se référant à la déclaration de l’avocat de l’association CORED qui a dévoilé les objectifs de son client à savoir que leur association voudrait administrer les biens qui peuvent être saisis par la justice française au nom du peuple de Guinée Equatoriale. Le peuple équato-guinéen n’a pas la possibilité de s’exprimer librement, mais il ne pourrait pas accepter que l’argent issu de ce procès puisse être administré par une association avec à sa tête, Salomon Abeso Ndong, souvent qualifié de faux opposant et soupçonné d’enrichissement illicite par le site internet d’un des opposants qui vient pourtant de s’unir avec lui pour être membre de la coalition de la partie civile[2].

L’association CORED a, dans plusieurs de ses 8 sites internet en français, déjà listé, sans aucune étude en référence, 310 assassinats par le régime d’Obiang[3][4], pour désigner des familles à indemniser, laissant de côté plusieurs dizaines de milliers d’assassinats de la dictature familiale après l’indépendance en 1968.

En outre, les avocats de l’association CORED ont aussi plaidé que les opposants de la partie civile ne peuvent pas rentrer en Guinée Equatoriale, or deux d’entre eux y résident habituellement. Ils ont voyagé pour ce procès et devraient rentrer tranquillement après. En réalité, aucun opposant politique pouvant réellement nuire aux intérêts de la famille Obiang ne peut venir et retourner tranquillement en Guinée Equatoriale pour un tel procès.

L’association Coalition CORED est malheureusement une organisation qui agit dans le sens des manipulations du régime. Elle n’a pas aucune légitimité pour représenter le peuple de la Guinée Equatoriale. Elle ne peut montrer clairement qui sont ses 18 partis politiques membres, leurs leadeurs, ou leurs représentations nationales.

Le parti politique CORED ne s’oppose pas à la constitution d’une partie civile équato-guinéenne, mais constate qu’en fonction de la réalité actuelle, le peuple ne peut pas s’exprimer librement et que l’opposition en exil véritable n’avait pas les moyens pour se constituer partie civile.

Comme l’a déclaré l’avocat de sherpa, le procès est historique et le jugement rendu sera historique. Dans le cas de la Guinée Equatoriale, avec ou sans partie civile, tous les éléments nécessaires sont présents pour pouvoir rendre un jugement exemplaire, afin que justice soit faite pour le peuple de Guinée Equatoriale.

Nous demandons une seconde fois à la presse internationale de considérer avec rigueur tous les acteurs participants au Procès des Biens Mal acquis en Guinée Equatoriale, à enquêter au-delà des apparences factices, pour faciliter la tenue d’un procès qui puisse ensuite devenir exemplaire.

Le Parti CORED

Paris, 22 Juin 2017

[1] http://www.jeuneafrique.com/448571/societe/biens-mal-acquis-2/

[2] http://www.guinea-ecuatorial.net/inicio.asp?cd=ni9225

[3] http://www.cored.website/

[4] http://cored.tv/

 

communique CORED

Procès des biens mal acquis : Parti CORED rejette les arguments de complot politique s’appuyant de la soi-disant partie civile.

Communiqué

Avant le début du procès des Biens mal acquis, le parti CORED rejette les arguments de complot et de déstabilisation politique que le régime d’Obiang attribue à l’affaire de bien Mal Acquis lors de la conférence de presse de vendredi tenue par l’ambassadeur de Guinée Equatoriale à Paris[1], Miguel Oyono Ndong, où il a pris comme référence la partie civile constituée par l’opposant politique résident en Espagne Severo Moto en association avec la Coalition CORED.

Nous avons dénoncé et continuons de dénoncer les connexions avec preuves à l’appui qui existent entre ces prétendus opposants et le régime d’Obiang[2], ce qui leur permet d’avoir des arguments pour crier au complot politique de la France.

Au cœur de cette manipulation, Salomon Abeso Ndong, proche de la famille d’Obiang[3], exilé politique au royaume uni depuis début 2000, après avoir connu des difficultés avec son protégé, le frère d’Obiang Armengol Ondo Nguema qui s’oppose à Teodorin Nguema Obiang.  Il a été recruté depuis lors pour travailler comme faux opposant en exil. Notons qu’il n’exerce jamais d’activités politiques à Londres où il est même connu comme ami des diplomates Equato-Guinéens[4].

Il dispose de gros moyens économiques que le régime met à sa disposition pour avoir à son solde les soi-disant opposants politiques en exil comme Severo Moto, qui accepte de venir exécuter ces manœuvres de façade à Paris une fois légalisée une association du nom de la Coalition CORED pour faire confondre les noms et affaiblir notre organisation politique.

Le Parti CORED ne s’oppose pas à la constitution de partie civile Equato-guinéen dans l’affaire des Biens mal acquis, et reconnait que la partie civile puisse produire des témoignages véridiques qui illustrent les abus du fils d’Obiang comme ce fut le cas de l’entrepreneur Italien Roberto Berardi.

Néanmoins il faudra veiller à ce que cette action n’apporte pas des arguments au régime et affaiblisse le travail d’une formation politique qui se bat pour la démocratisation du pays depuis la France.

Salomon Abeso Ndong et Nieves Jahr Nchama avaient été exclus de notre organisation politique[5] quand nous avons découvert qu’ils travaillaient pour le régime. Ils ont contacté les services de Severo Moto, lequel avait refusé de faire partie de notre coalition et par manque de visibilité a accepté leur offre de collaboration. Aujourd’hui, Nieves Nchama qui été initialement la Secrétaire Générale de cette fausse CORED est nommée conseillère à la présidence de la République de Guinée Equatoriale[6] et les autres ont obtenu une légalisation en France en tant qu’association et se sont insérer comme partie civile dans l’affaire de BMA.

Nous croyons que le procès qui démarre en 2007, que les organisations Sherpa et Transparacy international ont conduit avec courage, ne devrait pas voir l’intromission de personnes qui puise mettre à mal la crédibilité du procès. Ce procès est le premier du genre et de son issue dépend le sort d’autres peuples qui attendent que justice soit faite contre les détournement des élites corrompus.

Dans ce cadre, le Parti CORED rejette les arguments de l’ambassadeur de la Guinée Equatoriale accusant le procès d’un complot politique avec l’argument de supposés opposants.

Demande à tous les organes de presse Internationale de faire attention avant de donner une couverture médiatique à ces supposés opposants politiques et faire vérifier les faits que nous avançons dans ce document. Le financement de plus d’une dizaine de voyages à Paris dans les hôtels de luxes, en conférences et les honoraires de leurs avocats. Dans un moment où la moralisation de la vie politique est au cœur de sujets en France, une lumière sur le financement des activités de ces supposés opposants est nécessaire.

Nous demandons aux organes de presse qu’ils donnent la voie à la dure réalité du peuple Equato-Guinéen, qui avec la crise économique subit actuellement la dure répression de l’appareil d’Etat qui cherche à se maintenir au pouvoir en empêchant toute velléité de contestation populaire.

Paris 19 juin 2016

Pour une Guinée Equatoriale Libre et Démocratique

[1] http://www.jeuneafrique.com/448571/societe/biens-mal-acquis-2/

[2] https://coredge.org/stratageme-du-regime-dobiang-pour-creer-la-confusion-sur-la-cored/

[3] http://www.guinea-ecuatorial.net/inicio.asp?cd=ni9225

[4] http://www.abaha.es/que-busca-salomon-abeso-ndong-en-la-embajada-de-guinea-ecuatorial-en-londres-siendo-un-exiliado-politico/

[5] http://www.france-guineeequatoriale.org/madrid-des-dissidents-de-la-cored-donnent-une-conference-de-presse/

[6] http://www.guineaecuatorialpress.com/noticia.php?id=7339&lang=fr

 

communique CORED

Le CORED denonce la vague de repression sur les chauffeurs de taxi en Guinée Equatoriale

Le parti CORED dénonce la vague de répressions que subissent actuellement les chauffeurs de taxis de Guinée Equatoriale de la part du dictateur Obiang et de son régime qui cherchent à tout prix à se maintenir au pouvoir, malgré la perte de contrôle sur le pays due la crise économique dont ils sont en grande partie à l’origine.

Depuis hier 2 Mai 2017, le syndicat clandestin des taxis a initié une grève générale sans circulation dans la ville de Malabo, pour réclamer la suppression et la baisse des taxes que le gouvernement leur a imposées. Le régime d’Obiang, au lieu de respecter un droit constitutionnel, procède depuis hier à l’arrestation des chauffeurs de taxis et à leur torture dans le centre de détention de la police de Malabo, surnommé le « Guantanamo ».

Une liste non complète de certains détenus oubliés est à l’annexe de ce communiqué ainsi que les images de la répression.

La Guinée Équatoriale depuis de nombreuses années est le pays au PIB le plus élevé en Afrique, ($30.040,7 en 2015, Banque modiale) mais faute de diversification, de par la corruption excessive des élites et depuis la baisse de la production et des prix du pétrole, le pays se trouve dans un état de banqueroute.

La crise économique a peu à peu mené à une extrême pauvreté engendrant une montée sévère de la délinquance désormais devenue hors de contrôle du régime Obiang.

Le régime d’Obiang qui cherche à stopper toute velléité de protestation a décidé de réprimer durement les chauffeurs de taxis pour dissuader d’autres secteurs de suivre l’exemple. Le régime a aussi initié une vague de répressions et d’intimidations pour contenir les acteurs politiques locaux et de la société civile. Rappelons de ce fait, l’arrestation de deux dirigeants de l’ONG CEID, dont un, Alfredo Okenve, reste toujours en prison sans présenter de charges contre lui.

Le Parti CORED est inquiet de l’embrasement généralisé qui peut subvenir en Guinée Équatoriale. Les étudiants de l’Université de la Guinée Équatoriale viennent d’annoncer à leur tour la tenue d’une manifestation le 10 mai pour réclamer leurs droits aux bourses d’études.

Des ces faits :

Le Parti CORED appelle le Président Obiang et son régime à mettre fin à ces arrestations arbitraires et illégales et aux tortures, et que les chauffeurs de taxi ainsi que le responsable de la société civile arrêtés là aussi illégalement soient relâchés.

Le parti CORED fait appel à la communauté internationale afin qu’elle prenne les mesures qui s’imposent pour exercer de réelles pressions diplomatiques sur le régime Obiang afin que soit mis un terme à la dictature qui asservit le peuple équato-guinéen depuis près d’un demi-siècle.

Paris, 4 mai 2017

Annexe:

  1. Juan Carlos NDONG NTUTUMU,
  2. Manuel OBIANG ONDO MAYE,
  3. Ruslan EBANG NSUE,
  4. Armando MUCHA ONVA,
  5. Guillermo MBA ABESO,
  6. Oscar Jeremías MBA,
  7. Faustino ESO NO AYONG,
  8. AJA DAVIDO,
  9. Rufino ELA MITOGO,
  10. Cruz Sánchez EDÚ NVO,
  11. José Martín ELA AVOMO,
  12. Antonio MBOGO NGUI MIKUE,
  13. Salvador NCOGO, José Maria NVE,
  14. Antonio NSUE NGUEMA,
  15. Expedito Serafín EDJANG,
  16. Luis NZANG OBIANG.