Ouverture de la campagne pour des élections libres en Guinée Equatoriale en 2016

Les membres du bureau exécutif de la CORED se sont rencontrés à Paris du dimanche 6 au mardi 8 septembre 2015, pour initier la campagne internationale pour des élections libres et transparentes en Guinée Equatoriale en 2016, campagne qui débute donc au siège provisoire du parti.

Le principal événement de cette rencontre a été la soirée débat et concert de solidarité pour la démocratie en Guinée équatoriale et en Afrique qui s’est tenue le 6 septembre 2015. Cette cérémonie d’ouverture et de rencontres a compté l’assistance d’importants invités politiques français et africains. Côté français ont répondu à l’invitation le parti socialiste français, qui était représenté par Alexander Minet responsable de l’International de la Fondation Jean Jaurès et le parti Europe Ecologie les Verts EELV, représenté par François Hoffet membre de la commission Afrique qui a effectué notamment une mission en Guinée Equatoriale en 1982. Côté africain étaient là les représentants politiques des partis en exil de Djibouti, Mali, Rwanda et Togo.

CORED PS AFRIQUE

La soirée a commencé par le discours du secrétaire général du parti politique CORED, Raimundo Ela Nsang, qui a développé différents aspects de la situation actuelle en Guinée équatoriale en faisant d’abord un rappel historique de la première dictature Macias et l’arrivée consécutive au pouvoir d’Obiang.

Ces rappels sur l’histoire de la Guinée équatoriale permettent de comprendre une certaine forme de logique qui nous conduit à la situation politique présente et l’état d’esprit du régime en place. Il serait très réducteur d’analyser le présent à la seule lueur de la crise pétrolière. Cette crise très dure que vivent tous les équato-guinéens connait un ensemble de facteurs autres que la simple chute des cours et du volume de pétrole. Nous sommes ici au sommet de 46 années de dictature qui a créé un système de préemption familiale et clanique, dilapidation du bien commun, gestion hors droit du patrimoine national. Si la crise pétrolière précipite le pays dans un gouffre financier évident ce n’est que proportionnellement aux pratiques du gouvernement Obiang. Ce pouvoir, à la veille des élections présidentielles de 2016, est aujourd’hui dans une impasse, dans l’obligation de prendre des mesures de plus en plus dures, non à l’encontre de son propre fonctionnement mais contre les citoyens et l’opposition qui demandent un changement de direction, le départ de la famille Obiang, la restauration d’un état de droit démocratique. Nous pouvons observer tous les signes d’une crispation autoritaire encore plus forte, avec des alliances internationales qui rappellent celles de la dictature Macias, les tentatives de discréditer l’opposition par tous les moyens, fermer la possibilité d’un déroulement transparent des élections à venir. Il s’agit là d’une fuite en avant de la part d’un régime qui est au pied du mur de son propre bilan, incapable de renverser la situation économique dont il est le seul responsable.

Attentive à cette analyse, l’assemblée présente a pu échanger de façon plus informelle sur l’ensemble des thèmes présentés ici en résumé. Chacun s’accorde à dire que cette situation en particulier ressemble, par certains aspects, à celles d’autres pays africains où perdurent depuis des décennies les mêmes systèmes de pouvoirs familiaux et claniques et l’absence de cadre démocratique.

La soirée s’est ensuite poursuivie autour d’un rassemblement, cette fois-ci musicale, pour reprendre aussi des thèmes d’actualités concernant la culture et la récente répression du centre culturel Rebola en Guinée équatoriale qui a été fermé par décision arbitraire du régime Obiang. La culture étant ce qui permet de penser, de se rassembler, de créer de l’échange, du lien et de l’entente sociale, nous constatons comme à l’habitude que les dictatures empêchent toute possibilité aux populations de se ressourcer sur le plan culturel.

CORED Artistes

Cette soirée musicale était animée par l’artiste franco-camerounaise Helma beker et le groupe « Afro Star » de Richard King du studio « Rking Productions ». Une soirée donc pour lier expression politique et culturelle dans un cadre de rencontres menant aux journées de travail qui ont suivies.

Les invités ont pu, tout au long de la soirée, déguster les plats typiques de la Guinée Equatoriale.

A partir de lundi les membres de la CORED ont aussi profité de leurs présences physiques pour travailler au siège du parti et planifier les actions à venir et faire un point de presse où ils ont communiqué le contenu de l’événement.

Les prochains événements de cette campagne internationale seront annoncés au fur et à mesure de la programmation des dates par le bureau exécutif.

La CORED remercie l’ensemble des participants de leur présence à cette soirée débat.

CORED EELV Ofice

Connect with Me:

Laisser un commentaire

    Please type the characters of this captcha image in the input box

    Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ